Rechercher

La facilitation relationnelle autrement

Dernière mise à jour : 30 sept.


Chez Espace 3E nous proposons des ateliers dont le but est de permettre à chacune et chacun de développer ou d’améliorer ses compétences relationnelles ; ce qui implique la relation à soi. Nous aimerions ici vous donner une idée plus précise de notre approche : ce sur quoi nous nous appuyons et ce que nous proposons. Elle repose sur deux piliers : les principes de la médiation et le corps en mouvement.


Parmi les méthodes ou outils que nous utilisons dans nos ateliers le corps en mouvement a en effet une place prépondérante. Vous savez sans doute déjà que les recherches de ces dernières décennies ont redonné toute sa place à l’intelligence du corps. En la reconnaissant, elles soulignent l’importance qu’elle occupe dans le fonctionnement de notre entité « corps-esprit » ; celle-ci est indissociable. Il est par conséquent capital de faire vivre en bonne harmonie notre corps, nos ressentis, nos émotions et nos pensées pour notre équilibre et plus globalement pour notre santé. Peut-il y avoir une véritable connaissance de soi et une confiance en soi sans une véritable conscience et assise corporelle ? Quand le corps n’est pas en phase avec l’esprit, que nous ignorons ou négligeons notre corporalité, que nous ne lui permettons pas de vivre et s’exprimer, cela crée des mal-êtres et des comportements dissonants. Paradoxalement, alors que le néocortex filtre à sa convenance ce qui nous est verbalisé et plus largement tout ce qu’il réceptionne du monde qui nous entoure, ce que le corps dit de nous (les non-dits du corps ?) bien que très parlant, est rarement pris en compte. Pourtant il suffirait d’observer et de constater en étant à son écoute ou en s’exerçant à l’être.


L’idée est de se reconnecter à la sensibilité et l’intuition que notre corps possède alors que des siècles de culture occidentale ont coupé notre mental de ces dons naturels en induisant dans nos vies des biais cognitifs qui nous gardent sous influence. Le corps est le premier réceptacle de tout ce que la vie nous offre et ce à quoi elle nous confronte. Il comprend, se réjouit ou se bride et surtout enregistre au moins autant que le néocortex. Nos comportements, notre manière d’entrer en relation, de l’entretenir ou de la rompre, la place que nous prenons ou au contraire celle que nous ne prenons pas, nos potentialités et nos limites résultent directement de nos expériences vécues corporellement au cours de notre existence. C’est en étant à son écoute, en l’explorant et en développant notre conscience corps-esprit que nous pouvons affiner nos perceptions pour comprendre et apprendre de nous-même et des autres. Si engager son corps dans une telle expérience peut sembler contre intuitif et embarrassant, vous pourrez vous rendre compte à la pratique que la confrontation corporelle est finalement plus confortable et moins intimidante que la confrontation verbale.


Autre « outil » que nous utilisons : les principes de médiation. Ils occupent eux aussi une place essentielle dans notre approche. Connaissez-vous cette pratique ? La médiation est souvent assimilée à la conciliation et à la justice. Elle est une aide appréciable dans cet univers procédural mais existe et se déploie heureusement bien au-delà des tribunaux dans toutes sortes d’univers professionnels ou familiaux. Nous n’allons pas rentrer ici dans le détail de tout ce qu’implique une médiation mais aborder juste les notions clés qui viennent étayer notre propre accompagnement. Dans son rôle, un médiateur va venir faciliter l’expression, l’écoute, et le dialogue pour chacun afin de restaurer et si possible améliorer les relations. Ces accompagnements se font sous couvert de confidentialité, car dans sa position, ce tiers facilitateur indépendant accueille avec neutralité et impartialité les propos de toutes les personnes impliquées en accord avec le code déontologique de la profession. Les échanges qu’il met en place sont basés sur une grande qualité d’écoute et la considération pleine et entière (c’est-à-dire sans à priori) des personnes qui optent pour cette convention pour sortir d’un conflit. L’ensemble de ces valeurs rassurantes sont particulièrement appropriées lorsqu’on propose des expériences nouvelles. Une autre notion essentielle qu’implique ce processus, est la démarche volontaire des participants. Cet aspect d’« aller vers » est synonyme d’action : agir c’est être acteur et permet une dynamique différente dans une situation ou un état qui ne nous convient pas. C’est précisément pour cette raison que l’idée de mouvement nous est chère à Espace 3E. Cette notion nous parait essentielle pour avancer dans la vie.


C’est bien ce que nous proposons de développer dans ces ateliers de facilitation relationnelle. Ce qui rend notre accompagnement innovant sont les ingrédients singuliers que nous y ajoutons et qui nous viennent notamment du Tango argentin[1]. Ils enrichissent considérablement notre travail. Nous avons découvert cette discipline il y a près d’une quinzaine d’années. En dehors de son aspect esthétique, elle est dotée d’un vocabulaire très riche et complexe qui lui donne cette expressivité si singulière lorsqu’on voit un couple de tangueros évoluer. Aucune autre danse de couple ne rivalise avec l’étendu du vocabulaire du tango argentin : il est riche, subtil et précis, ce qui permet de le qualifier véritablement de « langage ». On y trouve une écoute, un accueil, des intentions, des demandes, des attentes, des réactions, des connivences, des interrogations, des inattendus, des malentendus, des incompréhensions, des associations, des dissociations, des silences, etc... Tout ce qui se joue dans la relation se révèle dans le tango.

[1] Outre le tango argentin, nous nous appuyons sur les techniques psycho-corporelles (Coaching somatique ©, BMC ©, psychologie biodynamique ©, psychologie organique ©,gestalt thérapie, …)

La communication et la relation caractérisant ces activités, il nous est apparu un jour comme une évidence de réunir ces deux domaines d’expertise pour en faire émerger un outil de travail que nous avons conceptualisé et dénommé : la Communication Corporelle Intégrative CCI.


Bien que nous ayons dans des circonstances différentes plaisir à initier les personnes à cette danse, il n’est en réalité pas question d’apprendre à danser le tango dans ces accompagnements. Il s’agit seulement d’utiliser les subtilités et les codes de ce mode de communication dans des exercices de mise en mouvement simples et ludiques que chacun pourra vivre et réaliser en fonction de là où il en est. Parfois à l’aide d’accessoires et le plus souvent à deux. Car selon nous c’est à travers l’autre que l’on parvient à se connaître, se reconnaître, se différencier ou se développer. Le mouvement corporel médiatise et révèle la dynamique relationnelle en jeu. En utilisant le corps comme média, un monde de perception s’ouvre à nous. Les mises en situation que nous proposons sont d’abord un travail expérimental pour soi-même ; étape essentielle avant de pouvoir aller à la rencontre de l’autre. Le travail de reconnexion à soi que suscite cet accompagnement sur lequel nous nous attardons en premier lieu par le biais de la marche, de la respiration, de la détente, est une source d’apaisement. Elle est le siège d’une véritable confiance en soi et c’est de cette place que nous pourrons expérimenter la relation à l’autre car comme le dit Paul Ricœur : « Le plus court chemin vers soi passe par l’autre ». Ce cheminement personnel invite à se reconnecter à ses propres ressentis, d’apprendre à les nommer et d’oser le faire. Nos ressentis (dont font partie nos émotions) sont le fondement de notre capacité de penser, d’évaluer, de prendre des décisions et de raisonner. Le vécu de cette interpénétration dans les mises en situation que nous proposons incite à la créativité et permet d’actualiser la personne que nous sommes. Il invite par le regard distancié qu’il aura sollicité à possiblement reconsidérer les situations ; et si cela nous est supportable, de porter un regard différent sur l’autre ou les autres. La bienveillance que chacun arrivera à s’accorder stimule alors la confiance et un ajustement pour lui-même et pour les autres.


Dans ce contexte et dans notre position de facilitateur relationnel, le cadre que conditionne la posture de médiation nous est précieux. Il nous aide à créer un environnement sécurisant qui invite à l’accueil de ce que chacun est profondément avec ses sensibilités et ses besoins, car il requiert et permet entre autres, le respect, la confiance et la suspension du jugement nécessaires à la sécurité intérieure des participants. Ensemble, nous explorons alors ce que le geste donne à voir en se laissant surprendre : est-ce qu’il dit quelque chose de nous ? Des autres ? De la relation ? Puis d’oser, dans ce contexte, d’autres manières de faire. Et enfin, à partir de ces apprentissages en tirer les enseignements : qu’est-ce que cela me permet de comprendre ? qu’est-ce que je peux en dire ? comment transposer cela dans ma façon de m’exprimer ou de faire au quotidien ? Ces questions ouvertes sont proposées en fin de séance lors d’un temps de paroles qui invite ceux qui le souhaitent à partager une partie de leur vécu ou simplement à cheminer en leur for intérieur si cela est plus confortable. Ce partage d’expérience est susceptible d’ouvrir des horizons et de reconsidérer voire de modifier pour soi-même ce qui ne conviendrait pas.


Si la médiation conventionnelle est une option d’utilité sociale formidable pour la résolution des conflits, celle d’un accompagnement permettant de prévenir et désamorcer toute forme de conflit qui sont parfois en premier lieu des conflits que l’on a avec soi-même, ne l’est pas moins. Un accompagnement en facilitation relationnelle qui aiderait à rendre plus fluide la communication et à prendre soin des relations à la maison, au travail, à l’école ou dans la rue, en invitant notamment à relativiser sur les enjeux que tout un chacun croit y voir, participe à un mieux-être individuel et à un mieux vivre ensemble dans nos vies communautaires. Par ailleurs la rencontre est une magnifique opportunité à la portée de chacun pour l’aider à mieux se connaître, avancer et grandir.


Carole Tanguy et Bernard Dubois

Médiateurs, Facilitateurs chez Espace 3E



#espace3e #confianceensoi #communicationcorporelle #intelligenceémotionelle #intelligencecollective

85 vues0 commentaire